La Consultation "Lille Métropole 2030"

Trois équipes pluridisciplinaires ont été sélectionnées le 27 juin dernier par la Commission d’appel d’offres du Syndicat mixte du SCOT de Lille Métropole, pour réfléchir au futur projet métropolitain, et accompagner l’élaboration du projet d’aménagement et de développement durable (PADD) du SCOT.

Les trois équipes finalement retenues dans le cadre de la consultation Lille Métropole 2030 seront conduites par Bernardo Secchi et Paola Vigano, l’AUC et Bas Smets, Floris Alkemade - Xaveer de Geyter et Michel Desvigne. Elles auront huit mois pour réfléchir à la métropole du XXIème siècle. Ces trois équipes possèdent de solides références en matière d’aménagement et d’urbanisme en France et en Europe et ont toutes travaillé sur le territoire métropolitain à des échelles diverses.

Le tandem B. Secchi – P. Vigano a dirigé l’une des dix équipes choisies pour la réflexion sur le Grand Paris. Il intervient en France, Italie et Belgique et a mené récemment, pour les services de l’Etat, les réflexions sur le « cadre de cohérence pour l’aménagement de l’aire métropolitaine de Lille ». B. Secchi a reçu un grand prix spécial d’urbanisme en France (2004). Pour la consultation, l’équipe s’appuie sur Pattou Tandem, architectes-urbanistes locaux, Egis France (transports et mobilité) et Orgéco (conseil en aménagement territorial).

L’AUC (Djamel Klouche, François Decoster, Caroline Poulain, architectes urbanistes) a également piloté l’une des équipes de la consultation Grand Paris. Urbaniste de la transformation du site Fives Cail Babcock à Lille, l’équipe a participé à la réflexion « Ville 3000 » menée en 2010 par la ville de Lille. Bas Smets anime un bureau de paysagistes flamands qui a notamment travaillé sur la stratégie paysagère de la région Flandre. Pour la consultation, l’équipe comprend également un expert en développement durable, Franck Boutté, et un économiste et géographe, Frédéric Gilli.

Floris Alkemade, architecte néerlandais, et Xaveer de Geyter, architecte belge, interviennent sur de nombreux projets dans leurs pays et en France et ont eu des responsabilités d’urbanistes sur les quartiers Chaude Rivière et Saint Maurice de l’opération Euralille. Ils sont associés à Michel Desvigne, paysagiste français, tout récent grand prix national de l’urbanisme (2011) qui a participé à la consultation du Grand Paris (dans l’équipe de J. Nouvel) et réalise actuellement le plan directeur d’Euralens. L’équipe s’appuie pour la consultation sur Tom Bauler, expert en environnement et économie, Lieven de Boeck, architecte et artiste et Eva Le Roi, illustratrice.

Les équipes développeront, sur la base du même cahier des charges, leurs visions prospectives du territoire métropolitain et illustreront leurs idées sur un certain nombre de sites spécifiques.

Un premier séminaire a permis à l’Agence et ses partenaires d’échanger avec les trois équipes retenues qui ont pris connaissance « in situ » de diverses facettes de la métropole (bords de Deûle, site de l’Union, de la Lainière et du Peignage Amédée à Roubaix et Wattrelos, vallée de la Lys transfrontalière, espaces urbains et espaces ruraux…).

Les comités de pilotage et technique d’octobre et novembre ont été l’occasion pour les équipes de présenter leurs premiers travaux.

L’équipe Secchi-Vigano décline, sur le territoire lillois, sa vision exprimée à la grande échelle de l’aire métropolitaine de Lille dans le cadre de la démarche du cadre de cohérence lancée par l’Etat. Pour cette équipe « l’élaboration du SCOT est un levier pour donner sa place décisive au recyclage, réinterroger les priorités, (…), discuter les formes et l’impact de l’étalement périurbain qui n’est que la résultante d’une offre urbaine déficiente, (...), consolider le pouvoir d’attraction de Lille Métropole (…) en musclant le centre, (…), changer d’échelle et réaffirmer la dimension transfrontalière (…) en se tournant vers le nord ouest européen et l’arc sud ».

L’équipe De Geyter-Alkemade-Desvigne affirme que « pour être attractive Lille Métropole doit offrir une qualité de vie spécifique et complémentaire aux grandes métropoles voisines ». Leur « réponse est un projet urbain et paysager sur l’ensemble du territoire » qui s’applique aux « trois grandes conditions urbaines et paysagères » du territoire : la ville mosaïque (l’agglomération centrale), le territoire d’archipels (le sud agricole et forestier) et le « sprawl * » et les villes de la Lys (le nord agricole). L’équipe s’est intéressée en particulier à trois « thèmes fédérateurs » : le cluster université/recherche, l’intensification du grand boulevard et le parc de la Deûle, et propose aussi une stratégie pour de « grands vides, laboratoires d’urbanités ».

L’équipe de l’AUC-Bas Smets, a présenté sa lecture de la métropole : « un territoire 100% métropolitain + 100% délicat (…) dans la diversité des usages et l’hybridation des échelles ». Elle propose de mettre en valeur la spécificité des métropoles millionnaires qui peuvent concilier les qualités des plus grandes métropoles, en évitant leurs difficultés de vie. « Lille campus métropole, Lille active métropole et Lille métropole mobile habitante » constituent trois axes de réflexion.

Un prochain comité de pilotage présidé par René Vandierendonck s’est déroulé en décembre : les équipes y ont précisé encore leurs propositions d’orientations stratégiques.

Une grande rencontre, organisée le 6 janvier, a présenté les réflexions des trois équipes à un public plus large (élus, techniciens, professionnels de l’urbanisme et du développement, conseils de développement…)

CARTES DU TERRITOIRE CONTACT Qu’est ce qu’un SCOT ? Le glossaire du Scot

Flux RSS